Projet de loi de finances pour 2017 – Abaissement progressif du taux de l’impôt sur les sociétés à 28% d’ici 2020.

15/12/2016

Par Stéphanie Ernould

Actuellement, le taux de droit commun de l’impôt sur les sociétés s’élève à 33 1/3 %, avec application, pour les petites et moyennes entreprises réalisant un chiffre d’affaires hors taxes inférieur à 7 630 000 € (et remplissant certaines conditions spécifiques liées à la détention de leur capital notamment), d’un taux réduit de 15 % sur une fraction de leur bénéfice imposable limitée à 38 120 €.

Le projet de loi propose une diminution progressive du taux de l’impôt sur les sociétés pour le ramener à 28 % pour l’ensemble des entreprises en 2020. Dans un premier temps, seules les petites et moyennes entreprises seraient concernées par la baisse du taux :

• A compter du 1er janvier 2017, les entreprises qui remplissent les conditions pour bénéficier du taux réduit de 15 % seraient ainsi imposées à (i) 15 % à hauteur de 38 120 € de bénéfice imposable, (ii) à 28 % pour la fraction de ce bénéfice comprise entre 38 120 € et 75 000 € et (iii) à 33,1/3 % au-delà de ce seuil.

Les PME qui ne bénéficient pas du taux réduit mais répondent à la définition prévue par le droit de l’Union européenne seraient soumises à l’impôt sur les sociétés au taux de 28 % à hauteur de 75 000 € de bénéfice imposable et au taux de 33,1/3 % au-delà (les PME au sens du droit de l’Union européenne étant celles qui (i) occupent moins de 250 personnes et (ii) dont le chiffre d’affaires annuel n’excède pas 50 M € ou dont le total du bilan annuel n’excède pas 43 M €).

• A compter du 1er janvier 2018, le taux de 28 % s’appliquerait à l’ensemble des entreprises, dans la limite de 500 000 € de bénéfice imposable (hors bénéfice imposable au taux de 15%) quel que soit le montant de chiffre d’affaires.

• A compter du 1er janvier 2019, le taux de 28 % s’appliquerait :
– à l’ensemble du bénéfice imposable pour les entreprises dont le chiffre d’affaires n’excède pas 1 Md € (hors bénéfice imposable au taux de 15%) ;
– dans la limite de 500 000 € de bénéfice imposable pour celles dont le chiffre d’affaires est supérieur à ce seuil.

• A compter du 1er janvier 2020, toutes les entreprises seraient imposées au taux de 28 % sur l’ensemble de leurs bénéfices (hors bénéfice imposable au taux de 15%), quel que soit le montant de leur chiffre d’affaires.

Fondation actionnaire à la française - La création du cadre juridique des fonds de pérennité est annoncée dans le projet de loi PACTE adopté par l’Assemblée Nationale en première lecture

Fiscalité
Par Laetitia Squercioni Un article additionnel (61 octies) a été inséré en commission dans le projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises qui a été…

Double imposition des dividendes de source française perçus par un résident belge – L’administration fiscale belge refuse d’office l’octroi du crédit d’impôt étranger si les dividendes étrangers ont été encaissés en Belgique et n’ont pas été mentionnés dans la déclaration fiscale annuelle.

Fiscalité
Par Stéphanie Mercier Jusqu’à l’arrêt de la Cour de cassation du 16 juin 2017, l’administration fiscale refusait systématiquement tout crédit d’impôt étranger sur les dividendes de source française perçus par…

A partir de 2018, la holding belge redevient fiscalement attractive

Fiscalité
Par Stéphanie Mercier Par la loi du 25 décembre 2017, le législateur belge a introduit une importante réforme à l’impôt des sociétés. On a beaucoup évoqué la réduction des taux…