Arrêt du 1er décembre 2015

12/08/2016

N° pourvoi 14-20.668, Publié au bulletin

Les honoraires de l’avocat chargé d’assister le débiteur dans l’exercice de ses droits propres sont éligibles au traitement préférentiel

Les faits :
Le dirigeant d’une société en liquidation judiciaire demande le remboursement des honoraires de l’avocat chargé d’assister la société en liquidation judiciaire dans l’exercice de ses droits propres.

La question posée :
Les honoraires de l’avocat chargé d’assister le débiteur dans l’exercice de ses droits propres sont-ils éligibles au traitement préférentiel de l’article L. 622-17, I du code de commerce ?

Position de la cour d’appel :
La cour d’appel rejette la demande de remboursement aux motifs que « ces honoraires ne peuvent être considérés comme étant une créance née régulièrement après le jugement d’ouverture et ne peuvent être supportés par l’actif de la procédure collective. »

Le texte applicable :
L’article L. 622-17, I du code de commerce dispose que « les créances nées régulièrement après le jugement d’ouverture pour les besoins du déroulement de la procédure ou de la période d’observation, ou en contrepartie d’une prestation fournie au débiteur pendant cette période, sont payées à leur échéance. »

La solution :
L’arrêt de la cour d’appel est cassé au visé de l’article L. 622-17, I du code de commerce, aux motifs que :

« Qu’en statuant ainsi, en excluant par principe que la créance d’honoraires de l’avocat du débiteur assistant celui-ci dans l’exercice de ses droits propres puisse naître pour les besoins du déroulement de la procédure, la cour d’appel a violé le texte susvisé. »
Observations :

Par cet arrêt de principe, la Cour de cassation considère que la créance d’honoraires de l’avocat chargé d’assister le débiteur dans l’exercice de ses droits propres peut naître pour les besoins du déroulement de la procédure.

Cette solution, qui mérite l’approbation, n’est pas nouvelle : la Cour de cassation a déjà considéré que « le fait que la créance de dépens soit née à l’occasion de l’exercice par le débiteur de son droit propre n’est pas un critère pertinent pour distinguer les créances, postérieures à l’ouverture de la procédure, utiles au déroulement de celle-ci, et donc éligibles [au traitement préférentiel], de celle qui ne le sont pas, les notions d’exercice d’un droit propre et de besoins du déroulement de la procédure pouvant se rejoindre. »

Les droits propres du débiteur doivent pouvoir être assurés même, et surtout, lorsqu’ils se trouvent en conflit avec le mandataire de justice.

L’arrêt

Le bénéficiaire d’une sûreté réelle pour autrui échappe à la procédure collective du constituant … pour le moment

Entreprises en difficulté
Cass. com. 25 novembre 2020, n°19-11.525, FS-P ; Cass. Com. 17 juin 2020, n°19-13.153, FS-P+B+R La sûreté réelle pour autrui en droit commun Depuis un arrêt de la chambre mixte du…

L’action sociale ut singuli ne relève pas de la compétence du commissaire à l’exécution du plan

Entreprises en difficulté
Cass. com. 12 novembre 2020, n°19-11.972, FS-P+B Le contexte Alors qu’une société bénéficie d’un plan de sauvegarde, les actionnaires assignent les dirigeants de celle-ci en réparation du préjudice subi par…

Rapport de la Commission de droit de l’Insolvabilité de l’AIJA : les mesures prises par les Etats dans le cadre de la pandémie liée à la Covid-19

Entreprises en difficulté
La pandémie COVID-19 a plongé les entreprises du monde entier dans des difficultés financières et a entraîné une augmentation sans précédent de la législation d'urgence dans la plupart des juridictions.…