Groupe Call Expert Tribunal de commerce d’Amiens : jugement du 26 février 2014

28/02/2014

Le groupe Call Expert était composé d’une dizaine d’entreprises présentes principalement à Abbeville, Roubaix, puis Paris, La Réunion, la Corse.

Après que le dirigeant ait fait l’objet d’une instruction pénale ayant abouti à ce qu’il soit complètement écarté de la direction de l’entreprise, Maître Daniel Valdman, nommé administrateur provisoire, n’a pu que constater d’une part, la confusion de patrimoine existant entre les différentes sociétés du groupe employant plus de 900 personnes et d’autre part, leur état de cessation des paiements, ce qui a amené le tribunal de commerce d’Amiens à ouvrir des procédures de redressement judiciaire à toutes les sociétés du groupe Call Expert.

Maître Daniel Valdman a été nommé administrateur judiciaire, Maître Nicolas Soinne mandataire judiciaire.

Après une période d’observation dédiée à la recherche de repreneurs, le tribunal de commerce d’Amiens a adopté le 26 février 2014 différents plans de cession qui n’ont permis de sauver qu’à peine plus de 240 emplois malgré l’énergie déployée pour trouver des repreneurs.

Rapport de la Commission de droit de l’Insolvabilité de l’AIJA : les mesures prises par les Etats dans le cadre de la pandémie liée à la Covid-19

Entreprises en difficulté
La pandémie COVID-19 a plongé les entreprises du monde entier dans des difficultés financières et a entraîné une augmentation sans précédent de la législation d'urgence dans la plupart des juridictions.…

UGGC Avocats, nommé au sein de la mission ministérielle relative à l’accompagnement des entreprises en difficulté dans le contexte de la crise sanitaire

Actualités
Thierry Montéran, associé fondateur du cabinet UGGC Avocats, a été désigné par le conseil national des barreaux pour siéger au sein de la mission ministérielle relative à la prévention des…

La transaction en matière de sanctions pécuniaires : oui… mais avant la décision de condamnation

Entreprises en difficulté
Par Marine Simonnot Cass. com. 8 mars 2017, n°15-16.005, P+B+R+I La faculté offerte aux parties de transiger dans le cadre d’une action en responsabilité pour insuffisance d’actif n’avait jamais véritablement…