La banque reste tenue de notifier au préalable, par écrit, sa décision (Cass. com., 18 mars 2014, n° 12-29.583).

05/06/2014

Conformément à l’article L.313-12 du Code monétaire et financier, une banque ne peut pas interrompre un concours à durée indéterminée sans respecter un délai de préavis fixé lors de l’octroi du concours, et qui ne peut être inférieur à soixante jours. Cependant, la banque est dispensée de l’obligation de respecter ce préavis en cas de comportement gravement répréhensible du bénéficiaire du crédit ou lorsque la situation de ce dernier s’avère irrémédiablement compromise.

En l’espèce, une personne physique est caution des sommes dues au titre du solde du compte courant ouvert par une société dans les livres d’une banque. La banque rompt ses concours sans préavis et assigne en paiement la caution qui réplique en arguant d’une faute de la banque.

La Cour d’appel considère qu’aucune rupture abusive ne peut être caractérisée à l’encontre de la banque, car la société se trouvait en situation irrémédiablement compromise.

La Cour de cassation casse et annule l’arrêt de la Cour d’appel relevant que si la banque n’est certes pas tenue de respecter un délai de préavis dès lors que la société se trouve en situation irrémédiablement compromise, elle n’en reste pas moins tenue de notifier préalablement par écrit sa décision.

Rapport de la Commission de droit de l’Insolvabilité de l’AIJA : les mesures prises par les Etats dans le cadre de la pandémie liée à la Covid-19

Entreprises en difficulté
La pandémie COVID-19 a plongé les entreprises du monde entier dans des difficultés financières et a entraîné une augmentation sans précédent de la législation d'urgence dans la plupart des juridictions.…

UGGC Avocats, nommé au sein de la mission ministérielle relative à l’accompagnement des entreprises en difficulté dans le contexte de la crise sanitaire

Actualités
Thierry Montéran, associé fondateur du cabinet UGGC Avocats, a été désigné par le conseil national des barreaux pour siéger au sein de la mission ministérielle relative à la prévention des…

La transaction en matière de sanctions pécuniaires : oui… mais avant la décision de condamnation

Entreprises en difficulté
Par Marine Simonnot Cass. com. 8 mars 2017, n°15-16.005, P+B+R+I La faculté offerte aux parties de transiger dans le cadre d’une action en responsabilité pour insuffisance d’actif n’avait jamais véritablement…