La notion de dispositif médical : arrêt du 22 novembre 2012 de la CJUE (affaire C-219/11)

04/01/2013

Si les dispositifs médicaux font souvent l’actualité, c’est cependant rarement -sauf à les opposer aux médicaments – sur leur définition.

C’est à l’article 1er de la directive 93/42[1] qu’il est précisé ce que l’on tend par dispositif médical, à savoir « tout instrument, appareil, équipement, logiciel, matière ou autre article, utilisé seul ou en association, y compris le logiciel destiné par le fabricant à être utilisé spécifiquement à des fins diagnostique et/ou thérapeutique, et nécessaire au bon fonctionnement de celui-ci, destiné par le fabricant à être utilisé chez l’homme à des fins:

-de diagnostic, de prévention, de contrôle, de traitement ou d’atténuation d’une maladie,

– de diagnostic, de prévention, de contrôle, de traitement ou d’atténuation ou de compensation d’une blessure ou d’un handicap,

-d’étude ou de remplacement ou modification de l’anatomie ou d’un processus physiologique,

-de maîtrise de la conception,

et dont l’action principale voulue dans ou sur le corps humain n’est pas obtenue par des moyens pharmacologiques ou immunologiques ni par métabolisme, mais dont la fonction peut être assistée par de tels moyens ; …»

La directive 2007/74/CE[2], venue apporter certaines modifications à la directive 93/42, précise pour les logiciels « un logiciel en lui-même est un dispositif médical lorsqu’il est spécifiquement destiné par le fabricant à être utilisé dans un ou plusieurs des buts médicaux figurant dans la définition d’un dispositif médical. Un logiciel à usage général utilisé dans un environnement médical n’est pas un dispositif médical.»

La question préjudicielle ici posée à la Cour de Justice de l’Union européenne portait sur le point de savoir « si un objet qui est destiné par le fabricant à être utilisé chez l’homme à des fins d’étude d’un processus physiologique ne constitue un dispositif médical au sens de l’article 1er  paragraphe 2, sous a), troisième tiret, de la directive 93/42 que s’il est destiné à un but médical ».

En l’espèce était en cause la commercialisation d’un système permettant d’enregistrer l’activité cérébrale humaine pour lequel il n’était disposé d’aucune certification CE.

La CJUE rappelant entre autres, l’objectif tant de libre circulation des dispositifs médicaux que de protection de la santé des patients, la disposition concernant les logiciels, en tire la conséquence que la directive 97/42 ne peut avoir pour effet de limiter la libre circulation des dispositifs médicaux en prévoyant à leur égard une obligation de certification et de marquage CE, que lorsqu’une telle limitation est nécessaire pour la protection de la santé publique.

Elle en conclut que dans les situations dans lesquelles un produit n’est pas conçu par son fabricant pour être utilisé à des fins médicales, la certification de celui-ci en tant que dispositif médical ne saurait être exigée, la destination médicale devant être considérée comme inhérente à la notion de dispositif médical.

Ainsi donc « la notion de « dispositif médical » ne couvre un objet conçu par son fabricant pour être utilisé chez l’homme à des fins d’étude d’un processus physiologique que s’il est destiné à un but médical ».

La précision s’imposait…


[1] Directive 93/42/CEE du Conseil du 14 juin 1993 relative aux dispositifs médicaux.

[2] Directive 2007/47/CE du Parlement européen et du conseil du 5 septembre 2007.

Le Third Party Funding (TPF) et ses perspectives au Brésil et en France

Brésil
Largement développé et utilisé dans des pays anglo-saxons comme les États-Unis, l’Angleterre et l’Australie, le mécanisme du third party funding – ‘TPF’, ou financement des procès par des tiers, est…

Patrimoine public | Domanialité privée des bureaux et des immeubles des personnes publiques situés dans le périmètre d’une association foncière urbaine | Mai 2020

Contentieux et résolution des litiges
Le 23 janvier 2020, le Conseil d’Etat apporte quelques illustrations permettant de mieux appréhender la notion de bien immobilier à usage de bureaux, telle que posée par l’article L.2211-1 du…

Les nouvelles lignes directrices relatives au contrôle des concentrations

Contentieux et résolution des litiges
L’Autorité de la concurrence a publié le 23 juillet 2020 ses nouvelles lignes directrices relatives au contrôle des concentrations[1]. Depuis 2017, l’Autorité a initié un travail de modernisation et de…