La production des documents en langue étrangère devant les tribunaux au Maroc

10/12/2021

La traduction en langue arabe des pièces en langues étrangères dont les justiciables, notamment étrangers, souhaitent se prévaloir devant la justice marocaine est devenue optionnelle à la suite de l’adoption par la Chambre des représentants au Parlement de l’article 14 du projet de loi relatif à l’organisation judiciaire du Royaume.

Certes, dans le régime précédent, la jurisprudence a souvent nuancé l’obligation de traduire en arabe l’intégralité des pièces.

A titre d’exemple, la Cour d’appel de Casablanca a toujours exigé l’arabe pour les écritures principales (requêtes, conclusions, etc.) mais pas pour les pièces probatoires et justificatives (factures, bons de commande…), qui sont souvent produites en langue étrangère sans traduction officielle.

Néanmoins, les Cours disposaient d’une libre appréciation en la matière et les justiciables, notamment étrangers, avaient souvent recours spontanément à des traducteurs assermentés pour éviter que les juges retoquent tout ou partie de leurs pièces ou prononcent l’irrecevabilité de l’action. Avec pour conséquence un accroissement des coûts et un allongement de la procédure.

Cette réforme législative permet ainsi d’unifier les pratiques judiciaires et renverse le principe : d’obligatoire sauf accord du juge, la traduction n’est plus la règle sauf demande expresse des tribunaux.

En effet, en fonction de la complexité des sujets et des enjeux, le tribunal pourra toujours faire la demande d’une traduction.

De même, le justiciable aura parfois intérêt à traduire en arabe spontanément ses pièces essentielles pour permettre au juge de statuer de manière éclairée surtout les documents sont complexes et déterminant pour la suite de la procédure.

Comme toute bonne réforme, celle-ci n’est donc pas une révolution mais une évolution qui va dans le sens de la souplesse et d’un dialogue inclusif entre les justiciables, notamment étrangers, et les Tribunaux.

Par Laurent Sablé et Mohamed Reda Deryany.

UGGC - Mohamed reda deryany 300x300
Mohamed Reda Deryany

Le Third Party Funding (TPF) et ses perspectives au Brésil et en France

Contentieux et résolution des litiges
Largement développé et utilisé dans des pays anglo-saxons comme les États-Unis, l’Angleterre et l’Australie, le mécanisme du third party funding – ‘TPF’, ou financement des procès par des tiers, est…

Fiscalité franco-brésilienne: les revenus d'une société française, ne disposant pas d’un établissement permanent au Brésil, ne sont pas assujettis à la retenue à la source

Fiscalité
En application du traité conclu entre la France et le Brésil en date du 10 septembre 1971 tendant à éviter les doubles impositions (le « Traité »), le Tribunal supérieur de justice…

Nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles : ce qui change pour les « startups » brésiliennes

International
Par Gabriela Greco de Marco Leite et Ali Bougrine Le nouveau règlement général européen sur la protection des données personnelles (RGPD) est entré en vigueur le 25 mai 2018. Les…