La vente aux enchères publiques ordonnée par le juge-commissaire n’est pas une mesure d’exécution forcée (Cass. com., 11 févr. 2014, n° 12-26.208)

01/04/2014

La société Karugel est placée en liquidation judiciaire. Le juge-commissaire ordonne la vente aux enchères publiques « des objets mobiliers matériels, véhicules, stocks et tous autres biens éventuels ».

Le bailleur se prétendant propriétaire des installations effectuées par le preneur, conteste l’ordonnance devant le juge de l’exécution, au motif que celui-ci « connaît, de manière exclusive, des difficultés relatives aux titres exécutoires et des contestations qui s’élèvent à l’occasion de l’exécution forcée, même si elles portent sur le fond du droit ».

L’article L. 213-6 du COJ rappelle que la vente aux enchères publiques de l’article L. 641-19 n’est pas une « mesure d’exécution forcée » mais une opération de liquidation des biens.

Observations : Le bailleur aurait dû exercer un recours contre cette ordonnance devant la cour d’appel conformément à l’article R. 642-37-3 du code de commerce.

Rapport de la Commission de droit de l’Insolvabilité de l’AIJA : les mesures prises par les Etats dans le cadre de la pandémie liée à la Covid-19

Entreprises en difficulté
La pandémie COVID-19 a plongé les entreprises du monde entier dans des difficultés financières et a entraîné une augmentation sans précédent de la législation d'urgence dans la plupart des juridictions.…

UGGC Avocats, nommé au sein de la mission ministérielle relative à l’accompagnement des entreprises en difficulté dans le contexte de la crise sanitaire

Actualités
Thierry Montéran, associé fondateur du cabinet UGGC Avocats, a été désigné par le conseil national des barreaux pour siéger au sein de la mission ministérielle relative à la prévention des…

La transaction en matière de sanctions pécuniaires : oui… mais avant la décision de condamnation

Entreprises en difficulté
Par Marine Simonnot Cass. com. 8 mars 2017, n°15-16.005, P+B+R+I La faculté offerte aux parties de transiger dans le cadre d’une action en responsabilité pour insuffisance d’actif n’avait jamais véritablement…