L’effet bouclier de la conciliation

22/05/2015

Afin de favoriser toute solution amiable, le législateur a prévu que lorsqu’une procédure de conciliation était en cours, l’éventuelle assignation d’un créancier en vue de l’ouverture d’une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire ne peut prospérer.

Il s’agit là juridiquement d’une fin de non-recevoir.

La plupart du temps, le créancier ignore l’existence de cette conciliation dont il n’aura connaissance qu’au moment où cette fin de non-recevoir lui sera opposée par le débiteur.

Dans le cas analysé par la cour d’appel de Versailles, l’Urssaf avait délivré une assignation pendant la durée de la conciliation.

Après cette période, le tribunal avait accueilli la demande de l’Urssaf et ouvert une procédure collective.

La cour d’appel infirmait le jugement et déclarait irrecevable les demandes de l’Urssaf au motif que s’agissant d’une fin de non-recevoir, celle-ci n’était pas susceptible d’être régularisée.

Il appartenait donc à l’Urssaf de délivrer une autre assignation à l’issue de la conciliation et non de poursuivre sur la première en attendant que la conciliation se termine.

La transaction en matière de sanctions pécuniaires : oui… mais avant la décision de condamnation

Entreprises en difficulté
Par Marine Simonnot Cass. com. 8 mars 2017, n°15-16.005, P+B+R+I La faculté offerte aux parties de transiger dans le cadre d’une action en responsabilité pour insuffisance d’actif n’avait jamais véritablement…

Cass. com. 2 novembre 2016, F+P+B.

Entreprises en difficulté
N° pourvoi 14-18.898 L’arrêt du 2 novembre 2016 de la Chambre commerciale de la Cour de Cassation a une vertu pédagogique en ce qu’il permet de faire le point sur…

Arrêt du 1er décembre 2015

Entreprises en difficulté
N° pourvoi 14-20.668, Publié au bulletin Les honoraires de l’avocat chargé d’assister le débiteur dans l’exercice de ses droits propres sont éligibles au traitement préférentiel Les faits : Le dirigeant…