Maës : Cession modeste in extremis

02/06/2015

Fondée en 1946, l’entreprise Maës avait acquis une belle notoriété dans le domaine de la peinture industrielle et plus particulièrement sur les grands chantiers dans le bâtiment et l’industrie, la marine et les ouvrages d’art.

Cette entreprise familiale qui employait 228 salariés, avait été cédée en 2013 à des investisseurs, dont un fonds de capital-investissement régional NCI. Elle avait accumulé des dettes importantes de l’ordre de 7 millions d’euros pour un chiffre d’affaires annuel de 32 millions d’euros.

Les efforts conjugués des deux administrateurs, Emmanuel Hess et Nathalie Leboucher, n’ont pas réussi à intéresser un repreneur permettant de sauver l’ensemble des activités et des emplois mais ont néanmoins réussi à fédérer trois entreprises locales unies au sein d’une holding : Maës SAS, reprenant 41 emplois avec pour objet de développer à titre principal l’activité de désamiantage.

C’est cette offre que le tribunal de commerce de Rouen devait retenir dans son jugement du 15 mai 2015 prononçant également la liquidation judiciaire de Maës longtemps considérée comme un fleuron de la peinture industrielle.

Rapport de la Commission de droit de l’Insolvabilité de l’AIJA : les mesures prises par les Etats dans le cadre de la pandémie liée à la Covid-19

Entreprises en difficulté
La pandémie COVID-19 a plongé les entreprises du monde entier dans des difficultés financières et a entraîné une augmentation sans précédent de la législation d'urgence dans la plupart des juridictions.…

UGGC Avocats, nommé au sein de la mission ministérielle relative à l’accompagnement des entreprises en difficulté dans le contexte de la crise sanitaire

Actualités
Thierry Montéran, associé fondateur du cabinet UGGC Avocats, a été désigné par le conseil national des barreaux pour siéger au sein de la mission ministérielle relative à la prévention des…

La transaction en matière de sanctions pécuniaires : oui… mais avant la décision de condamnation

Entreprises en difficulté
Par Marine Simonnot Cass. com. 8 mars 2017, n°15-16.005, P+B+R+I La faculté offerte aux parties de transiger dans le cadre d’une action en responsabilité pour insuffisance d’actif n’avait jamais véritablement…