Mory Ducros Tribunal de commerce de Pontoise

28/02/2014

Difficile et étrange aventure que celle de ce groupe composé de deux entités distinctes, les transports Mory et Ducros dont la fusion n’a jamais réellement pu se faire tant les cultures étaient différentes et qui, au titre de son dernier exercice social, a constaté une perte de 80 millions d’euros pour un chiffre d’affaires supérieur à 750 millions.

Placée en redressement judiciaire le 26 novembre 2013 par le tribunal de commerce de Pontoise, deux administrateurs judiciaires ont été nommés, Maître Eric Bauland et Maître Philippe Blériot, ainsi qu’un mandataire judiciaire, Maître Yannick Mandin.

Au seul nom de la seule sauvegarde de l’emploi, par son jugement du 6 février 2014, le tribunal de commerce de Pontoise, sur requête du Parquet, a accepté un plan de cession au profit de l’actionnaire principal, le groupe Arcole Industries permettant de conserver plus de 2 200 emplois sur un peu plus de 5 000 salariés comprenant les actifs mobiliers et immobiliers sans contrepartie financière, cependant que le passif déclaré de 160 millions d’euros, dont 30 millions d’euros à titre chirographaire.

Rapport de la Commission de droit de l’Insolvabilité de l’AIJA : les mesures prises par les Etats dans le cadre de la pandémie liée à la Covid-19

Entreprises en difficulté
La pandémie COVID-19 a plongé les entreprises du monde entier dans des difficultés financières et a entraîné une augmentation sans précédent de la législation d'urgence dans la plupart des juridictions.…

UGGC Avocats, nommé au sein de la mission ministérielle relative à l’accompagnement des entreprises en difficulté dans le contexte de la crise sanitaire

Actualités
Thierry Montéran, associé fondateur du cabinet UGGC Avocats, a été désigné par le conseil national des barreaux pour siéger au sein de la mission ministérielle relative à la prévention des…

La transaction en matière de sanctions pécuniaires : oui… mais avant la décision de condamnation

Entreprises en difficulté
Par Marine Simonnot Cass. com. 8 mars 2017, n°15-16.005, P+B+R+I La faculté offerte aux parties de transiger dans le cadre d’une action en responsabilité pour insuffisance d’actif n’avait jamais véritablement…