Procédure européenne d’insolvabilité et détermination de la juridiction compétente (Cass.com 27 mai 2014, n°13-14.956)

29/07/2014

Une personne physique domiciliée en France demande à une juridiction française d’ouvrir à son égard une procédure de liquidation judiciaire, faisant valoir d’une part que le centre de ses intérêts principaux se situait en France, au sens de l’article 3 du règlement (CE) n °1346/2000 du 29 mai 2000 relatif aux procédures d’insolvabilité, qui dispose que « les juridictions de l’Etat membre de l’Union Européenne) sur le territoire duquel est situé le centre des intérêts principaux du débiteur sont compétentes pour ouvrir la procédure d’insolvabilité », d’autre part, que la décision allemande se heurte à ‘l’ordre public international dès lors que le principe du contradictoire n’avait pas été respecté en violation de l’article 6 de la CESDH et l’article 3 du RE 1346/2000 du 29 mai 2000 ».

Les juges du fond se déclarent incompétents au motif qu’une juridiction allemande a déjà ouvert une procédure d’insolvabilité à son égard après avoir retenu que son centre des intérêts principaux était localisé en Allemagne.

La Cour de cassation rejette le pourvoi formé par la personne physique. En présence d’une décision ayant ouvert la procédure principale d’insolvabilité dans un Etat membre de l’Union européenne, une juridiction française ne peut pas ouvrir à l’égard du débiteur une autre procédure principale. En effet, en vertu du principe de confiance mutuelle, le conflit de juridiction se résout en faveur de la décision d’ouverture déjà intervenue qui doit être internationalement reconnue. Les dates respectives de saisine des juridictions sont sans importance, seul compte la date d’ouverture de la procédure collective.

Rapport de la Commission de droit de l’Insolvabilité de l’AIJA : les mesures prises par les Etats dans le cadre de la pandémie liée à la Covid-19

Entreprises en difficulté
La pandémie COVID-19 a plongé les entreprises du monde entier dans des difficultés financières et a entraîné une augmentation sans précédent de la législation d'urgence dans la plupart des juridictions.…

UGGC Avocats, nommé au sein de la mission ministérielle relative à l’accompagnement des entreprises en difficulté dans le contexte de la crise sanitaire

Actualités
Thierry Montéran, associé fondateur du cabinet UGGC Avocats, a été désigné par le conseil national des barreaux pour siéger au sein de la mission ministérielle relative à la prévention des…

La transaction en matière de sanctions pécuniaires : oui… mais avant la décision de condamnation

Entreprises en difficulté
Par Marine Simonnot Cass. com. 8 mars 2017, n°15-16.005, P+B+R+I La faculté offerte aux parties de transiger dans le cadre d’une action en responsabilité pour insuffisance d’actif n’avait jamais véritablement…