Vérification du passif : Répondre rapidement aux demandes de pièces justificatives, Cass. com. 02/06/2015, n° 14-10.391, P+B

10/07/2015

Le principe : dès le jugement d’ouverture, les créanciers dont la créance est née avant ce jugement doivent adresser une déclaration de créance au mandataire judiciaire (L.622-25)

L’article R.622-23 précise que cette déclaration contient des éléments de nature à prouver l’existence et le montant de cette créance ou une évaluation si son montant n’est pas encore fixé, les modalités de calcul des intérêts et à cette déclaration sont joints des documents justificatifs que le mandataire judiciaire peut toujours demander s’ils ne sont pas joints.

Le cas d’espèce :

A la suite de la liquidation judiciaire d’une société, la banque avait déclaré au titre de solde débiteur de compte courant une créance qui a été contestée par le mandataire.

En cause d’appel, la banque critiquait l’arrêt de la cour d’appel qui avait rejeté sa contestation au motif que si elle n’avait pas versé les pièces justificatives à l’appui de sa déclaration, c’est que cela ne lui avait pas été demandé par la cour.

La solution : Reprenant le texte de l’article R.622-23, la Cour de Cassation rappelle que lorsque la contestation de la déclaration de créance porte sur l’absence ou l’insuffisance de justifications produites à l’appui de celle-ci, il appartient au créancier de verser aux débats des pièces complémentaires sans que la cour d’appel soit tenue de l’y inviter.

Et depuis l’ordonnance du 12 mars 2014 :

Même si le débiteur doit indiquer le montant de la créance de son créancier, cette créance peut toujours être contestée par le mandataire et la solution de bon sens dégagée par la cour n’est pas modifiée.

Le bénéficiaire d’une sûreté réelle pour autrui échappe à la procédure collective du constituant … pour le moment

Entreprises en difficulté
Cass. com. 25 novembre 2020, n°19-11.525, FS-P ; Cass. Com. 17 juin 2020, n°19-13.153, FS-P+B+R La sûreté réelle pour autrui en droit commun Depuis un arrêt de la chambre mixte du…

L’action sociale ut singuli ne relève pas de la compétence du commissaire à l’exécution du plan

Entreprises en difficulté
Cass. com. 12 novembre 2020, n°19-11.972, FS-P+B Le contexte Alors qu’une société bénéficie d’un plan de sauvegarde, les actionnaires assignent les dirigeants de celle-ci en réparation du préjudice subi par…

Rapport de la Commission de droit de l’Insolvabilité de l’AIJA : les mesures prises par les Etats dans le cadre de la pandémie liée à la Covid-19

Entreprises en difficulté
La pandémie COVID-19 a plongé les entreprises du monde entier dans des difficultés financières et a entraîné une augmentation sans précédent de la législation d'urgence dans la plupart des juridictions.…