Chronologie des médias : le gouvernement fixe au 31 mars 2021 la date butoir pour un nouvel accord

16/02/2021

Le gouvernement, dans le cadre de la transposition de la directive « Services de médias audiovisuels » va adapter la chronologie des médias actuellement en place pour prendre en compte l’évolution des usages, avec notamment l’apparition des SVOD et de la crise de la Covid-19.

L’accord professionnel conclu le 6 octobre 2018, auquel renvoie le code du cinéma et de l’image animée, régit la question de la détermination des délais concernant la mise à disposition d’une œuvre par un éditeur de médias audiovisuels à la demande, ou sa diffusion par un éditeur de services de télévision.

Toutefois, la directive 2018/1808 dite « Services de médias audiovisuels » a été transposée le 21 décembre en droit français par l’ordonnance n°2020-1642. La directive fait peser sur les productions, notamment lorsqu’il s’agit de plateformes étrangères, des nouvelles obligations de financement, de sorte que la chronologie des médias française doit s’y conformer. A son article 28, l’ordonnance prévoit ainsi l’encadrement d’un nouvel accord professionnel dans un délai de six mois après publication.

L’émergence des SVOD, ou plateformes de streaming, a modifié le rapport du public à la consommation d’œuvres audiovisuelles, qui ne sortent parfois même plus en salles avant d’être accessibles en ligne.

A cela s’ajoute la nécessité de s’adapter aux conséquences de la crise de la Covid-19 qui a entraîné la fermeture des salles de cinéma en France, et donc l’impossibilité de suivre la traditionnelle chronologie des médias. Ce phénomène a été très largement renforcé par le poids du marché des SVOD.

Le 26 janvier 2021, un décret est venu préciser l’article 28 en fixant l’expiration du délai au 31 mars 2021.

Pour inciter au financement de l’audiovisuel français, deux pistes sont envisagées :

  • Un investissement par une plateforme de 20 % de son chiffre d’affaire français dans la production cinématographique et audiovisuel lui donnerait la possibilité de diffuser des films après douze mois.
  • Un investissement par une plateforme d’au moins 25 % de son chiffre d’affaire français dans la production cinématographique et audiovisuel lui donnerait la possibilité de diffuser des films avant douze mois.

Par l’équipe IP/IT du cabinet UGGC Avocats

Source :

https://www.legifrance.gouv.fr/loda/article_lc/LEGIARTI000042724538/

https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=legissum:am0005

https://www.vie-publique.fr/loi/277841-ordonnance-21-decembre-2020-directive-sma-services-medias-audiovisuels

https://hitek.fr/actualite/nouvelle-chronologie-des-medias_26995

UGGC - Visuel

Œuvres culturelles à l’ère numérique : projet de loi adopté contre le Piratage

IP-IT-Médias
Maître Anne-Marie Pecoraro, avocate associée spécialisée en propriété intellectuelle, est intervenue à l’EFB, jeudi 21 octobre 2021, aux côtés des équipes de la HADOPI-ARCOM et de Caroline Guenneteau de beIN…

Nouvel accord avec les organisations cinéma : TF1 veut jouer un rôle majeur dans le cinéma français et dans la future chronologie des médias

IP-IT-Médias
TF1 a annoncé le 19 juillet la signature d’un accord inédit avec onze organisations du cinéma sur le modèle de ceux signés jusqu’à présent principalement par la chaîne Canal +.…

Le projet de décret « câble-satellite » : le court-circuit des chaînes thématiques ?

IP-IT-Médias
Eprouvées par la pandémie et la concurrence exponentielle des plateformes de streaming, les chaînes thématiques craignent de nouveaux coups durs face à l’arrivée de cette nouvelle règlementation. Actuellement se clôture…